Brûlure : de la peau de porc génétiquement modifiée sur la plaie

Feb 5, 2020 par

Environ 10 000 personnes en France sont victimes chaque année de graves brûlures, parmi lesquelles environ 4 000 sont hospitalisés dans un centre pour grands brûlés. La greffe de peau est alors souvent inévitable. Récemment, des médecins américains ont réussi une première mondiale, en appliquant une peau de porc génétiquement modifié sur une plaie humaine de brûlure.

Brûlure et greffe de peau

Les brûlures graves constituent des plaies souvent difficiles à traiter. La greffe de peau est souvent une étape nécessaire pour parvenir à une cicatrisation complète, mais elle se heurte à plusieurs difficultés. Pour faciliter les greffes de peau, les chercheurs travaillent sur deux axes principaux :

  • Développer la culture de cellules cutanées pour produire en laboratoire des échantillons de peau ;
  • Utiliser des fragments de peau animaux, comme le porc.

Dans ce contexte, une équipe médicale américaine vient d’accomplir une première mondiale. Ils ont appliqué un fragment de peau, issu d’un porc génétiquement modifié, sur une plaie humaine provoquée par une brûlure.

Un porc génétiquement modifié pour devenir compatible avec l’homme

Initialement, les porcs ont subi des modifications génétiques ayant consisté à supprimer un gène spécifiquement porcin et absent chez l’homme. Cette modification génétique avait donc pour objectif de limiter le risque de rejet de greffe, en supprimant un gène étranger à notre système immunitaire.

Sur ces porcs génétiquement modifiés, les scientifiques ont prélevé un morceau de peau, de dimensions 5 cm x 5 cm. Le morceau de peau a ensuite été placé sur la plaie d’une brûlure d’un patient. Au préalable, le tissu nécrotique de la brûlure avait été retiré. Parallèlement, a été appliqué un fragment de peau cadavérique (greffon cutané) de dimensions beaucoup plus importantes. Les deux échantillons de peau ont été fixés par des agrafes chirurgicales et de la gaze.

Une peau de porc pour fermer temporairement la plaie

Après 5 jours, les chirurgiens ont retiré les deux fragments de peau appliqués sur la plaie :

  • La xénogreffe de peau de porc génétiquement modifié ;
  • Le greffon cutané.

Leurs observations ont révélé que les deux types de peaux utilisés adhéraient au niveau de la plaie et ne présentaient aucune différence notable. Parallèlement, aucun événement indésirable n’a été recensé. Après cet essai, le patient a bénéficié d’une greffe de peau autologue (à partir d’un greffon cutané prélevé chez le patient). La plaie a cicatrisé normalement.

Cette première mondiale révèle la possibilité d’utiliser un fragment cutané de porc génétiquement modifié pour fermer temporairement les plaies de brûlure humaine. Les essais doivent désormais se poursuivre sur d’autres patients pour évaluer l’intérêt potentiel de cette pratique dans le traitement des grands brûlés.


Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Mass General performs first application of genetically modified, live-cell, pig skin to a human wound. Massachusetts General Hospital. Consulté le 24 janvier 2020.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.