Brûlure : des greffons cutanés avec un meilleur potentiel régénératif

Dec 11, 2019 par

Face aux brûlures les plus graves, la greffe de peau peut devenir incontournable pour remplacer la peau détruite. Récemment, des chercheurs français ont mis en évidence une nouvelle cible moléculaire pour activer les cellules souches cutanées. Une avancée importante pour la médecine régénérative de la peau, qui vient d’être publiée dans la revue scientifique Nature Biomedical Engineering. Explications.

Gros plan sur des follicules dans un gobelet pour une greffe de peau

Brûlure et greffe de peau

Chez les grands brûlés, une ou plusieurs greffes de peau sont nécessaires pour reconstituer les étendues de peau détruites par la brûlure. Le plus souvent, la greffe de peau s’effectue en deux étapes successives, quelques jours après la brûlure :

  • Le prélèvement d’un fragment de peau non lésé chez le patient ;
  • La greffe de ce fragment de peau au niveau des parties cutanées brûlées.

Chez les grands brûlés, la surface de peau lésée peut être difficile à traiter avec cette technique. Les médecins ont alors recours au prélèvement de cellules cutanées, qui sont ensuite mises en culture en laboratoire, pour produire des fragments de peau à greffer. Mais les techniques de culture de fragments cutanés restent encore à améliorer pour optimiser les greffes de peau.

Optimiser le potentiel de régénération de la peau

En effet, lorsque les médecins prélèvent un échantillon de peau, celui-ci contient deux types de cellules cutanées :

  • Des kératinocytes matures (les cellules de l’épiderme) ;
  • Un petit nombre de cellules souches kératinocytaires, qui possèdent le potentiel de régénération de la peau.

Actuellement, les techniques de culture sont basées sur une amplification massive des kératinocytes, mais elles s’accompagnent souvent d’une diminution du nombre et de la qualité des cellules souches. Ainsi, les greffons cutanés produits ont un potentiel de régénération cutanée amoindri.

Les chercheurs français ont démontré qu’une substance particulière, le facteur de transcription KLF4, jouait un rôle majeur dans le contrôle de la prolifération des cellules souches cutanées et donc dans leur potentiel régénératif. En diminuant l’expression du facteur KLF4 pendant la culture de fragment de peau, les chercheurs ont observé deux phénomènes :

  • Une amplification rapide des cellules souches fonctionnelles ;
  • Une stabilité génomique de ces cellules souches.

Une avancée pour la médecine régénérative cutanée

Les fragments de peau cultivés avec une diminution de l’expression du facteur KLF4 présentaient un meilleur potentiel régénératif à long terme sur deux modèles :

  • Un modèle de reconstruction épidermique in vitro ;
  • Des greffes de peau in vivo.

Le facteur KLF4 représente une cible moléculaire pour préserver les potentialités des cellules souches cutanées et ainsi obtenir des greffons cutanés de meilleure qualité. Des études complémentaires restent nécessaires pour explorer les applications cliniques de cette découverte. Dans tous les cas, cette étude marque une avancée pour la médecine régénérative cutanée et tissulaire, en particulier pour les soins des grands brûlés, des ulcères chroniques et la reconstruction mammaire.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Greffe de peau : une nouvelle cible moléculaire pour activer les cellules souches. Communiqué de Presse. INSERM. Consulté le 10 décembre 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.