Attention aux brûlures chez l’enfant

Oct 8, 2019 par

Un quart des victimes de brûlures ont moins de 5 ans. Les enfants sont en première ligne pour les accidents domestiques, dont les brûlures représentent une proportion importante. Si la prévention est capitale pour réduire le risque de brûlure, quelle est la conduite à tenir si un enfant se brûle ? Santé Sur le Net vous donne quelques éléments de réponse.

Garçon enfant en bas âge dans une situation dangereuse proche des plaques de cuisson

Les enfants, des victimes fréquentes de brûlures

Les enfants de moins de 5 ans représentent 25 % des patients atteints de brûlures. Le plus souvent, ces brûlures surviennent dans le cadre d’un accident domestique, qui aurait pu être évité par une prévention adéquate. Schématiquement, le risque de brûlure chez l’enfant est lié à deux contextes :

  • Une source directe de chaleur : un fer à repasser, une casserole d’eau bouillante… ;
  • Une source électrique : les prises de courants, les appareils électriques…

Si l’enfant se brûle, comment le ou les proches présents doivent réagir ? Il est capital de connaître les premiers gestes à effectuer, pour que l’enfant ait le maximum de chances de guérir sans séquelles de ses blessures.

Quels que soient la gravité et le contexte de la brûlure, le premier geste impératif est d’éloigner la source de la brûlure. Puis, il faut placer la zone touchée sous l’eau froide (entre 10 et 15 °C) pendant une dizaine de minutes pour réduire la douleur liée à la brûlure.

Les premiers gestes à accomplir en cas de brûlure

Une fois ces deux gestes essentiels accomplis, il est nécessaire d’évaluer la gravité de la brûlure. En effet, selon le type de brûlure et son étendue, il est indispensable de consulter un médecin ou de se rendre à l’hôpital.

Lorsque l’enfant présente une rougeur au niveau de la brûlure et que la brûlure ne touche qu’une zone limitée, il s’agit d’une brûlure au premier degré. Après avoir passé la zone touchée sous l’eau froide, il est possible d’appliquer une crème adaptée (type Biafine®). Il ne faut surtout pas mettre de glaçons ou de produit coloré sur la zone touchée. En cas de doute, il est préférable de consulter le pédiatre qui suit habituellement l’enfant.

En revanche, si des cloques se forment au niveau de la zone touchée par la brûlure, la brûlure est du second degré. Il faut passer la zone brûlée sous l’eau froide, sans percer les cloques pour éviter tout risque d’infection ultérieure. Il est nécessaire de consulter rapidement un médecin, qui orientera si besoin l’enfant vers un service hospitalier. Dans l’attente de la prise en charge médicale, la douleur de l’enfant peut être soulagée par du paracétamol.

Une hospitalisation dans les cas les plus graves

Enfin, les brûlures du troisième degré peuvent être particulièrement graves. La brûlure est alors profonde et touche les couches inférieures de la peau. Ce type de brûlure n’est pas toujours facile à reconnaître, car il se caractérise surtout par une perte de sensibilité et une absence de douleur. Paradoxalement, la brûlure risque d’être plus grave, si l’enfant ne se plaint pas de la douleur.

Les brûlures au troisième degré nécessitent une hospitalisation en urgence. Selon la gravité et l’étendue de la brûlure, l’enfant sera hospitalisé dans un service de pédiatrie ou dans un service pour grands brûlés. En attendant les services de secours, il ne faut pas tenter d’enlever les habits ou de donner un traitement quelconque à l’enfant.

Les brûlures chez l’enfant peuvent être graves, et il est capital de connaître les premiers gestes à effectuer en fonction de l’état de la brûlure. La prévention des brûlures, et plus largement des accidents domestiques, reste la première action à mettre en place, pour limiter au maximum le risque de brûlure chez l’enfant.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Soigner un enfant. Centre Romand des brûlés. Consulté le 2 octobre 2019.
– Comment réagir face à une brûlure chez l’enfant ? Les pros de la petite enfance. Consulté le 2 octobre 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.